CFP: National Literature in Multination States, CCLA-ACLC 2019

At least since the early 1800s, one of the most concrete proofs of a nation’s legitimacy has been the existence of a national literature. Literature has long been instrumental in documenting claims to the historical continuity of the nation, just as it is frequently deployed in shaping contemporary national narratives of origins and belonging. Literature is thus frequently conceived as both the manifestation and the progenitor of a national imaginary. However, it is also well known that there are remarkably few unitary nation-states, begging the question of what constitutes a national literature in a polity in which two or more ethnonational groups coexist. For the CCLA’s forthcoming annual meeting at the University of British Columbia, June 2-5, 2019, we are organizing a session to explore the status of national literature in multination states in the twenty-first century. While we are especially interested in Canada—which is home to such “national” literatures as English-Canadian, Québécois, Acadian, Métis, and so on—we welcome proposals treating the literature of multination states from around the world and across history.

Possible avenues of investigation are, among others:

  • The importance of literature in shaping/resisting unifying conceptions of the nation;
    • In what ways and to what degree is the nation written/reflected in literature?
  • The relationship between national and national minority literatures;
    • Within a multinational state, how do national minority literatures influence the creation of pan-national imaginaries?
  • The importance of historically based representations of the national past in revising contemporary conceptions of the national imaginary;
    • To what extent are reassessments of the national past, and in particular the role of national minorities in that past, influential in changing perceptions of the nation?
  • The recent “return” (revalidation) of the nation as a formative category of social belonging;
    • g. How has literature contributed to the recent resurgence of nationalist discourses?
  • The historically changing conceptions/theories of the nation as reflected in literature;
    • How do theories of the nation and of literature intersect?

Please send proposals by Nov. 30, 2018, to both Albert Braz (abraz@ualberta.ca) and Paul Morris (pdmorris@ustboniface.ca). The panel organizers will also be investigating the possibility of eventual publication for which all submissions may be considered.

EN FRANCAIS:

Depuis au moins le début du XIXe siècle, l’une des preuves les plus concrètes de la légitimité d’une nation est l’existence de sa littérature nationale. Depuis longtemps la littérature joue un rôle déterminant qui justifie toute prétention à la continuité historique d’une nation, tout comme elle est aussi évoquée pour édifier des récits nationaux contemporains de sources et d’appartenances diverses. La littérature est donc fréquemment sollicitée à la fois comme la manifestation et l’origine de l’imaginaire national. Pourtant, il est aussi généralement reconnu qu’il n’y a que très peu d’états nationaux unitaires. Ce constat soulève la question de savoir comment se constitue une littérature nationale au sein d’un régime politique où deux ou plusieurs groupes ethno-nationaux coexistent. Dans le cadre du prochain colloque annuel de l’ACLC à l’University of British Columbia du 2 au 5 juin 2019, nous proposons une session dont l’objectif consiste à explorer le statut de la littérature nationale au XXIe siècle. Bien que ce colloque s’intéressera plus précisément à une réflexion sur la situation au Canada – un pays qui abrite les littératures « nationales » anglo-canadienne, québécoise, acadienne, métisse et d’autres encore – nous accueillerons également des propositions sur la littérature des états multinationaux du monde entier à travers l’histoire.

Voici, parmi d’autres, quelques pistes de réflexion :

  • L’importance de la littérature dans la mise en forme de conceptions unitaires de la nation ou la résistance de la littérature à celles-ci ;
    • De quelle manière et dans quelle mesure la nation est-elle écrite ou réfléchie en littérature?
  • La relation entre les littératures nationales et les littératures en situation minoritaire;
    • Dans les états multinationaux, comment les littératures nationales minoritaires influencent-elles la création d’un imaginaire pan-national?
  • L’importance des représentations littéraires du passé historique national pour la révision des conceptions contemporaines de l’imaginaire national;
    • Dans quelle mesure reconsidère-t-on le passé national, et en particulier le rôle joué par des nations minoritaires dans le passé, tout comme leur influence sur l’évolution de la perception de la nation?
  • Le retour récent (la revalidation) de la nation comme catégorie formatrice d’un sens d’appartenance sociale;
    • Par exemple : comment la littérature contribue-t-elle à la résurgence récente des discours nationalistes?
  • Les conceptions/théories changeantes de la littérature comme reflétées dans la littérature;
    • Sous quel rapport les théories de la nation et de littérature se croisent-elles?

Veuillez envoyer vos propositions de communication avant le 30 novembre 2018 à Paul Morris (pdmorris@ustboniface.ca) et à Albert Braz (abraz@ualberta.ca). Les organisateurs de la session examineront aussi la possibilité de publication éventuelle et toutes les soumissions seront considérées.