CFP: Resurfacing: women writing across Canada in the 1970s 26-28 April 2018 Mount Allison University & Université de Moncton

First Call

This conference emerges from the growing sense that women who were writing in English and French across Canada from the end of the 1960s through the 1970s and into the early 1980s are poised to be recovered or recontextualized by our scholarly community. This period was seminal for the women’s movement and also for literature and literary criticism in Canada. As many literary scholars active in the 1970s reach the pinnacles of their careers, and as a younger generation researches that lively feminist period, it seems timely to come together to revisit this unique era.

Certainly, there are classics from the period that are alive and well in classrooms across the country. Atwood’s Surfacing (1972), alluded to in our conference title, is one example. We might also think of Anne Hébert’s Kamouraska (1970), Maria Campbell’s Halfbreed (1973), or Marian Engel’s Bear (1976). In addition there has been sustained and renewed interest in figures such as Claire Martin, Jane Rule, and Phyllis Webb. But what about lesser-known writers who were part of this vanguard of literary feminism? How might we remember and re-theorize texts like Constance Beresford-Howe’s The Book of Eve (1973) or the early poems of B.C. Indigenous writer Mahara Allbrett (formerly Skyros Bruce)? What about writers whose voices were marginalized at the time, whose work could be uncovered today?

Beyond particular writers and books, we wish to reflect more broadly on the literary and academic “scenes” of the period in relation to writing and gender. The 1970s saw the founding of Women’s Press, La Nouvelle barre du jour, and Fireweed, and yet Barbara Godard recalled the “shock and incomprehension that greeted those first feminist critical analyses” at literary conferences of the early 1980s (“Women of Letters (Reprise)” 260-261 in Collaboration in the Feminine). We look forward to critical reminiscences and historicized reconstructions of what it was like to be a feminist critic, writer, teacher, or student during this time.

To this end, the conference will feature special round-table keynote sessions with noted scholars and critics invited to reflect on and discuss women writers and writing of the late 1960s, the 1970s, and the early 1980s in Canada, and critical literary and cultural developments during the period. Please check the conference website from time to time for updates on confirmed keynote participants.

We invite proposals on any topic related to our conference theme. Here are some examples:

         -Revisiting texts by writers such as: Adele Wiseman, Helen Weinzweig, Bronwen Wallace, Aritha van Herk, Audrey Thomas, Donna Smyth, Carol Shields, Libby Scheier, Suzanne Paradis, Libby Oughton, Alice Munro, Mary di Michele, Claire Martin, Joyce Marshall, Louise Maheux-Forcier, Andrée Maillet, Gwendolyn MacEwan, Pat Lowther, Margaret Laurence, Betty Lambert, Anne Hébert, Madeleine Gagnon, Diane Giguère, Mavis Gallant, Sylvia Fraser, Marian Engel, Solange Chaput-Rolland, Joan Clark, Adrienne Choquette, Maria Campbell, Denise Boucher, Monique Bosco, Constance Beresford-Howe, Joan Barfoot, Jeanette Armstrong, Margaret Atwood, etc…

         -Recovering works by writers currently unknown

         -The importance of this period for Indigenous women writers

         -The work of researching women writers of this era: archival research, obscure texts, logistics, permissions, etc.

         -The interconnectedness of “second wave” feminist activism and literature across Canada

         -The literary industry at the time: feminist journals, publishers, reviews, magazines (examples such as Tessera, La Vie en Rose, F.Lip, among others)

         -The impact of feminist scholars and critics

         -Gender and literary events (readings, conferences, festivals) of the time
Proposals of 300 words, accompanied by a title, 50-75 word abstract, and short biographical note (~100 words) are welcome in English or French and for a variety of presentation formats.

            -Organized panel: participants present 15 minute papers on a chaired panel topic

         -Seminar workshop: participants complete their papers in advance and distribute them to other seminar participants prior to the conference. Participants offer 10 minute reflections responding to the papers, noting connections or tensions between them. Open discussion follows.

         -Pecha Kucha: participants present a brief visual representation of their research, following Pecha Kucha guidelines (i.e. 20 slides x 20 seconds each)

         -Creative session: participants read short excerpts from works in the conference time period, with a brief response comment on the selection.
Deadline for proposals: August 1, 2017. Please submit to Resurfacing@mta.ca
As part of the conference, participants will have to opportunity to attend selected sessions of the 2018 Northrop Frye Festival in Moncton, which annually hosts a dynamic array of writers readings and lecture events in both French and English. Transportation to and from Moncton/the Université de Moncton will be organized by the conference and details of the sessions will be available closer to the conference date.

Conference Committee
Christl Verduyn, Canadian Studies & English, Mount Allison University Andrea Cabajsky, English, Université de Moncton
Andrea Beverley, Canadian Studies & English, Mount Allison
Kirsty Bell, Modern Languages & Literatures (French), Mount Allison

Refaire surface : écrivaines canadiennes des années 1970 26 au 28 avril 2018
Mount Allison University & Université de Moncton

Premier appel

Ce colloque découle de l’idée selon laquelle les auteures canadiennes – anglophones et francophones – de la fin des années 1960 jusqu’au début des années 1980 sont en voie d’être redécouvertes ou recontextualisées par la critique littéraire universitaire. Cette période a été fondamentale pour le mouvement féministe ainsi que pour le paysage littéraire à travers le Canada. Alors que de nombreux critiques littéraires travaillant pendant les années 1970 arrivent maintenant au faîte de leur carrière et qu’une nouvelle génération s’interroge sur cette époque féministe dynamique, il convient de se réunir afin de reconsidérer cette période importante.

Certes, plusieurs œuvres classiques de la période sont aujourd’hui intégrées aux syllabus partout au pays. Surfacing de Margaret Atwood (1972), auquel le titre de notre colloque fait allusion, en est un exemple. On pourrait aussi nommer Kamouraska d’Anne Hébert (1970), Halfbreed de Maria Campbell (1973), ou encore Bear de Marian Engel (1976). Il y a également un intérêt renouvelé pour des figures comme Claire Martin, Jane Rule et Phyllis Webb. Mais qu’en est-il des écrivaines moins connues qui ont néanmoins participé à cette littérature féministe innovatrice ? De quelles manières pouvons-nous théoriser et commémorer des textes comme The Book of Eve de Constance Beresford-Howe (1973) ou les poèmes de Mahara Allbret (Skyros Bruce), une écrivaine autochtone de la Colombie-Britannique ? Comment sortir de l’ombre des écrivaines marginalisées à l’époque ?

Au-delà de la prise en compte d’œuvres et d’écrivaines particulières, nous visons à réfléchir sur les divers milieux en littérature et en critique littéraire de l’époque, notamment dans leur rapport à l’écriture et au genre sexuel. Les années 1970 ont vu l’émergence de la Women’s Press, de La Nouvelle barre du jour et de Fireweed, et pourtant Barbara Godard se souvient du « choc et de l’étonnement qui ont accompagné ces premières analyses critiques féministes » lors des colloques littéraires du début des années 1980 » (« Women of Letters (Reprise) », Collaboration in the Feminine, 260-261). Notre colloque se veut donc un lieu d’échange propices aux réminiscences critiques et aux reconstructions historicisées de ce que c’était d’être une critique féministe, une écrivaine, une professeure ou une étudiante à cette époque.

À cette fin, nous aurons des tables rondes plénières auxquelles participeront des chercheures et critiques chevronnées qui examineront la littérature des femmes au Canada de la fin des années 1960, des années 1970, et du début des années 1980, ainsi que la critique littéraire et les développements culturels de l’époque. Le site du colloque annoncera les noms des invitées au moment de la confirmation de celles-ci.

Nous sollicitons des propositions sur tout sujet relié au thème du colloque :

            -La (ré)interprétation des textes d’écrivaines telles qu’Adele Wiseman,           Helen Weinzweig, Bronwen Wallace, Aritha van Herk, Audrey Thomas,             Donna Smyth, Carol Shields, Libby Scheier, Suzanne Paradis, Libby             Oughton, Alice Munro, Mary di Michele, Claire Martin, Joyce Marshall,               Louise Maheux-Forcier, Andrée Maillet, Gwendolyn MacEwan, Pat              Lowther, Margaret Laurence, Betty Lambert, Anne Hébert, Madeleine                   Gagnon, Diane Giguère, Mavis Gallant, Sylvia Fraser, Marian Engel,               Solange Chaput-Rolland, Joan Clark, Adrienne Choquette, Maria                            Campbell, Denise Boucher, Monique Bosco, Constance Beresford-Howe,    Joan Barfoot, Jeanette Armstrong, Margaret Atwood, etc.

         -La (re)découverte des oeuvres d’auteures inconnues ou méconnues de nos jours

         -L’importance de cette période pour des écrivaines autochtones

         -Le travail de la recherche : recherches aux archives, textes obscurs, logistique, permissions, etc.

         -Les intersections entre la deuxième vague de l’activisme féministe et les littératures canadienne, québécoise et autochtone

         -Les institutions littéraires de l’époque : revues féministes, maisons d’éditions, magazines (par exemple, Tessera, La Vie en rose, F. Lip)
         -L’impact des chercheurs, chercheuses et critiques féministes

         -Le genre sexuel et les événements littéraires de l’époque : lectures, conférences, festivals, etc.
Les propositions de 300 mots, accompagnées d’un titre, d’un résumé de 50-75 mots et d’une brève notice biobibliographiques de 100 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer aux organisatrices avant le 1e août 2017. Nous encourageons une variété de formats de présentations :

         -Sessions de communications : Les participant.e.s présentent des communications académiques de 15 minutes dans une session thématique présidée par un.e collègue.

         -Séminaires : Les participant.e.s préparent leurs communications à l’avance et les distribuent aux autres participant.e.s avant la conférence. Les participant.e.s offrent des réflexions de 10 minutes en réponse aux communications, notant des recoupements ou des tensions entre elles. Une discussion ouverte suit.

         -Pecha kucha : Les participant.e.s présentent 20 images pour une durée de 20 secondes chacune, les commentant ou les analysant, selon les critères Pecha Kucha.

         -Séances littéraires : Les participant.e.s lisent un extrait littéraire en lien avec le thème du colloque avant de le commenter.
Date de tombée : le 1e août 2017 à l’adresse électronique suivante : Resurfacing@mta.ca

Les participant.e.s au colloque auront également l’occasion d’assister à quelques sessions du Festival Frye 2018 à Moncton, qui organise à chaque année une gamme dynamique de lectures et de présentations littéraires en français et en anglais. Le transport entre Sackville et Moncton sera organisé par le colloque et de plus amples renseignements seront disponibles avant la conférence.
Comité organisateur :
Christl Verduyn, Études canadiennes et Anglais, Université Mount Allison Andrea Cabajsky, Anglais, Université de Moncton
Andrea Beverley, Études canadiennes et Anglais, Université Mount Allison
Kirsty Bell, Langues et littératures modernes (français), Université Mount Allison